mercredi 14 septembre 2016

Informations concernant le livre Etats de Crises

Bonjour à tous,

Le livre Etats de Crises (recueil de nouvelles rédigé par mes soins) sera en vente à partir du 16 septembre 2016 dans divers points de ventes.
Si vous êtes trop loin et que vous désirez tout de même l'acheter, sur le blog (regardez la colonne en haut à droite... Coucou c'est par ici!) Le paiement est sécurisé via Paypal, no panic, il n'y a pas d'embrouille! Si vous avez un compte, vous pouvez payer via Paypal, sinon, vous pouvez le faire par carte. Le prix du livre est de 10,99 euros, et les frais de port de 2,99 euros.

Je vous informerai des différents points de ventes au fur et à mesure ici, sur le blog.

A très vite!






vendredi 5 août 2016

Chronique d'été





Je repense à ma grand mère me disant de passer de bonnes fêtes, et malgré ses intentions, je sentais l'inquiétude transparaitre dans sa voix. Elle finit par lâcher : « Sois prudente quand-même ».
C’était la première fois qu'elle était aussi grave en parlant d'une soirée arrosée. « Ne t'inquiètes pas, je serai sage, il ne faut pas prendre les menaces terroristes au pied de la lettre ». Lui disais-je pour la rassurer. J'ajoutais sincèrement et pour modérer la paranoïa ambiante « Puis, à Bayonne, j'ai plus de chance de me faire violer que de me faire sauter par une bombe ». Elle sourit. Jaune.

Pourtant, cette année encore, plusieurs agressions sexistes et viols ont été dénoncés. Sans compter ceux qui sont passé sous silence. Bref, afin d'accuser ces attaques, un rassemblement a été organisé à la mairie de Bayonne.




C'est là que s'est déroulé le drame personnel. Une femme que je ne connais pas m'a regardée de haut en bas. Un air de dédain s'est affiché sur son visage. Puis une autre en a fait de même. Elles étaient toutes deux plus âgées que moi : mères de famille ou grand mères, militantes féministes, dénonçant des attaques machistes. Elles m'avaient filtrée au scanner, m'avaient fait passer le test du code vestimentaire de l'activiste féministe. J'avais de toute évidence, échoué.
Pourtant, ni mon short, ni mon décolleté plongeant ni mon rose à lèvres n'étaient sensés les provoquer ou montrer un désengagement de ma part. Je ne rejetais personne. Si j'étais là-bas, c'était pour la même raison qu'elles. Ce n'était pas à cet endroit que j'espérais me prendre une réflexion mal placée et méprisante en travers la gueule. Je me suis sentie en l'espace de vingt secondes, réduite à un objet. J'avais très bien compris ce que ces femmes féministes voyaient en moi : une pouffiasse.


Je sais qu'il y a plusieurs formes de féminisme, que beaucoup se contredisent. Mais celles et ceux qui me jugent pour mes vêtements, je les emmerde. Je me suis sentie bercée par une douce ironie et par un énorme contre-sens : c'est au sein d'un groupe qui dénonce les attaques sexistes qu'on m'a fait comprendre que j'étais trop féminine pour me sentir à ma place.
Je sais aussi que certain(e)s disent que s'habiller tel que je le fais est d'accepter une mode imposée par les hommes, d'agréer de rentrer dans des normes machistes, capitalistes et que j'en deviens soit un produit complètement façonné par notre système, soit une femme maso prête à me plier sous le poids de la pression sociale. Bla, bla, bla...
Cependant, je n'ai plus quatorze ans et ai assez de recul sur moi-même pour m'habiller en parfaite conscience. Je me contrefous de ne pas plaire, sauf à moi. Je cherche à me sentir assez à l'aise avec ma propre image (même si encore bien trop souvent, je déteste ce qu'elle me renvoie). Je croyais (et continue de le penser) que l'une des valeurs du féminisme était celle-ci : que les femmes s'acceptent, se sentent bien dans leur corps et qu'elles emmerdent ceux qui les méprisent et les prennent de haut. Peu importe comment. 



Je ne tombe pas de la dernière pluie, je ne suis finalement pas surprise par ce genre d'attitude, même (surtout?!) dans ce milieu. J'ai tellement de fois été honnie et jugée par des militants quand je riais trop fort, quand je portais des vêtements trop roses ou que j'embrassais trop de garçons, que j'ai fini par m'éloigner et me détourner d'eux. Au lieu de m'intéresser à une cause qui à l'origine me semblait juste, j'ai fini par détester les gens qui se sont accaparé, ont détourné une idée et l'ont façonnée à leur image. N'acceptant jamais la différence d'autrui, ils ne prenaient en compte que leur propre différence.

La lutte féministe (elle aussi) a encore beaucoup de boulot devant elle...


lundi 13 juin 2016

Actualité people: Johnny Depp l'icône et Amber Heard la garce divorcent.


Round 1 : Il y a quelques semaines l'homme le plus beau du monde et sa vamp de jeune femme Amber Heard annonçaient leur divorce. En parcourant internet, les réactions étaient majoritairement semblables : Amber Heard est une manipulatrice aux dents qui rayent le parquet, une instable, une folle, une chieuse droguée. La généralité des commentaires allaient dans le même sens, tout le monde s'attendait à ce divorce, et, Johnny Depp irait beaucoup mieux sans elle. Voilà, jusqu'ici, rien de bien intéressant qui aurait pu susciter mon attention.

"C'est pas possible, je les ai vu la semaine dernière ensemble ils avaient l'air très bien!" <- Remarque de merde



Round 2 : Quelques jours plus tard, la dite Amber publie des photos sur internet, le visage couvert de bleus. Elle accuse son mari de l'avoir violentée physiquement. La populace crie au truquage et à l'influence mesquine de cette salope qui essaye de ternir l'image du beau rebel.

Fin.

Cette histoire m'a poussée m'interroger au sujet de notre jugement concernant la vie des autres.
Cette histoire concerne deux célébrités et a été mondialement reléguée mais aurait très bien pu arriver à un couple que nous connaissons. Des amis, des voisins, des connaissances, des collègues. 




Ici, comme souvent malheureusement, c'est l'homme qui est particulièrement riche, et une popularité installée. Il est bel homme, bon dans son métier et séduisant. Son nom vaut de l'or, il est à la tête d'une marque de prestige. L'homme a dans cette histoire, largué sa compagne dont il avait deux enfants pour une autre femme, bien plus jeune, et bien moins riche. La jeune femme est aux prémices de sa carrière, et malgré sa beauté froide, elle semble avoir du mal à se démarquer. Aux yeux de tous, il est limpide que l'homme a beaucoup plus de notoriété que la femme, et, qu'elle aurait beaucoup plus besoin de lui et de son argent afin de faire progresser sa carrière que le contraire. L'étiquette n'était donc pas difficile à donner. «Une énième jeune femme avide de puissance se chope un homme riche, dont elle se servira ». L'homme, étant un homme, « il ne se refera jamais », est tombé dans le panneau et a craqué pour une gourde à la plastique de rêve.

L'histoire ne dure pas, et ne marche pas. Personne ne s'en étonne, cet homme valait bien mieux qu'elle. Et, même si c'est elle qui a demandé le divorce, on estimera qu'il retrouve enfin ses esprits, qu'il réalise que cette jeune femme sulfureuse et carriériste ne mérite pas cet homme de tallent à ses côtés. Sauf, que la provocatrice, annonce, photos à l'appuis, que son mari l'a frappée. Aujourd'hui, qui n'a pas vu de campagne incitant les femmes à s'exprimer face à leurs passages à tabac (psychologiques, physique... Qui n'a pas entendu parler du fameux pervers narcissique?!)  ? On nous martèle continuellement que beaucoup trop de femmes restent silencieuses et, la société les encourage à dénoncer les violences conjugales, qui sont trop souvent contenues, étouffées, atténuées. La société prétend accuser les personnes violentes et tend à soutenir les victimes physiques comme psychologiques des agressions.
Mais, dans ce cas précis, avec cette femme-là, c'est différent : elle est vénale, jeune, belle et semble paumée. Bien qu'on ne la connaisse pas, on ne peut pas la soutenir. Pas elle. On ne peut pas la croire. Elle, son unique but, est de salir l'image d'un homme bien, d'un homme qui a du pouvoir et du renom. A vrai dire, on ne connait pas vraiment cet homme non plus, uniquement l'image qu'il nous renvoi, et, elle provoque en nous une idée suffisamment positive pour vouloir le défendre. Jamais il ne battrait une femme. Oui, il vrai que la jeune femme a montré des photos, mais le maquillage et photoshop existent, il ne faut pas oublier qu'elle est prête à tout pour arriver à ses fins : voler l'argent de son mari.

De plus, cet homme, aussi fêtard soit-il n'a jamais eu de problème de violence avec ses ex, du moins, aucun problème n'a été reconnu publiquement. Pourtant, est-ce-que le fait de ne pas avoir violenté son ex prouve que nous n'en serons jamais capables ?
Imaginons qu'en effet, cette femme a tout inventé car elle cherche à dépouiller son mari, car elle a de mauvaises intentions ou simplement car elle cherche à se faire connaître et reconnaître par ses pairs. Elle desservirait la cause des femmes réellement victimes de maltraitance, et on reprocherait à juste titre, à cette attitude honteuse de décrédibiliser le témoignage des personnes vraiment blessées.

Mais, imaginons que cette femme dise la vérité. Admettons que malgré sa mesquinerie, malgré le renom de son compagnon, elle ait été effectivement en danger. Une femme aurait eu le courage de dénoncer ce qui lui est arrivé, elle aurait osé annoncer qu'elle s'est pris des coups dans la face, qu'elle a été humilié physiquement, elle aurait donc décidé de faire part de sa détresse publiquement. En guise de réponse et de réaction, les gens lui auraient craché à la gueule en la traitant de manipulatrice et de salope.
Comment peut-on remettre en question la parole d'une personne qui se dit victime ? Comment une femme qui dénonce des faits de violence peut-être accusée de manipulation et de conspiration ?
Je ne connais pas ces gens, ni la majorité des autres femmes dont on a remis la parole de victime en question. Mais, si l'on prétend avoir été agressé, le réflexe devrait être de vouloir accompagner la personne, au lieu de l'accuser de mensonge et de traitrise. On doute encore bien trop souvent que les femmes puissent être violées par leur conjoint, menacées psychologiquement et qu'elles se soient pris des raclées dans l'intimité. On préférera fermer les yeux face à ces déclarations plutôt que rentrer en conflit avec les bourreaux. On dira qu'elle exagère, on croira l'homme qui se contentera de dire qu'elle ment, puis, on haussera les épaules et on estimera que de toutes façons, ça ne nous regarde pas. 


"Jvais pas lui faire mal à la Sanza" - qu'il disait Ramsay...

vendredi 15 avril 2016

Je me lance dans l'autoédition

http://www.kisskissbankbank.com/etats-de-crises-le-livre?ref=category
















Je me lance! Je tente l'aventure du crowdfunding afin de récolter des fonds pour publier mon futur livre. Bientôt, vous pourrez me lire sur la plage, dans l'avion, sur un banc, en tout cas, sur des vraies feuilles papier...
Le livre sortira en septembre, d'ici là, il y aura beaucoup de travail...
Ce sera un recueil de nouvelles. Certaines sont déjà apparues ici, d'autres, la majorité, n'ont jamais été diffusées.
Bien sur, je continuerais à alimenter le blog, mais peut-être avec moins de régularité. Ce projet me tient à cœur, je désire tout bien faire. Et vu que je fais tout, ça fera une sacrée somme de travail.
Si vous voulez plus d'info sur le projet, n'hésitez pas à cliquer sur le lien, vous pouvez même me faire une petite contribution. Plus le résultat de la récolte sera important, plus beau sera le produit fini!

jeudi 31 mars 2016

L'amitié





Puis un jour, l'amour frappe à ta porte. Il devient tout pour toi, tu te demandes comment tu avais fait pour vivre sans. Tu as besoin de lui, de cet amour au quotidien. Tu resterais avec joie sous la couette avec lui si les obligations du quotidien ne t'en empêchaient pas. Sans que tu ne t'en rendes compte, ta vie commence à s'organiser avec lui. Vous prévoyez vos weekends à deux, vous vous inscrivez aux mêmes activités. Tu l'attends quand il a des rendez-vous, tu rencontres ses amis et lui les tiens. Mais ce que tu cherches avant tout, c'est une proximité totale, tu veux être toujours plus proche de lui. Tu te rends compte que tu n'es bien qu'en sa présence. Tu te projettes, tu décides de vivre avec, tu te sens tellement épanouie à ses côtés. C'est normal d'être fusionnel quand on est amoureux. Tu aimerais faire savoir à la terre entière que tu vis dans une bulle d'amour, que tu es enfin heureuse, que tu a trouvé ton binôme. Les petites disputes du quotidien ne te dérangent pas, car tu sais qu'il est la seule personne qui te comprend réellement. Il te connait mieux que qui que ce soit, vous vous êtes tout de suite compris. Pourtant les disputes sont parfois des crises d'une telle violence que tu te fais peur. Tu cries, tu casses des objets, tu menaces de te jeter par la fenêtre. Tu as honte après, et vous ne reparlez pas de ces disputes, de ces moments de folie. Lui aussi se ridiculise, lui aussi te menace de retourner avec son ex, lui aussi te dit des choses épouvantables que tu ne mérites pas d'entendre. Malgré tout, vous tenez. Vous pouvez tenir des années ainsi. Ce n'est pas grave, votre couple est explosif, mais quand ça se passe bien, vous vous aimez tant, vous êtes si heureux, que vous savez qu'au fond vous avez de la chance de vous être trouvés. Cette relation bouillonnante et romantique finit pourtant par s'arrêter. Votre petite bulle éclate, et tu te retrouves seule, complètement nue, orpheline. Tu ne sais plus ou tu habites, tu ne sais plus manger seule, tu as perdu tous tes repères. Tu avais fondé tant d'espoir sur ton couple, tu t'étais tellement projetée, que tu ne sais plus de quoi pourrais être faite ta vie. Tu te sens seule et tu as envie de mourir. Tu ne peux pas t’empêcher de pleurer, bêtement pour rien. Tu fixes ton portable, en espérant avoir de ses nouvelles, mais il reste muet. Tu aimerais pouvoir parler à quelqu'un, lui confier à quel point tu souffres, mais tu ne sais pas à qui. Cet amour était la seule personne dans ta vie. Tu as oublié tout le monde autour, tu t'es laissée entrainer dans cette relation, sans prendre le soin de préserver ta vie personnelle, ton « jardin secret ». Tu vivais à travers lui, et maintenant, tu dois tout reconstruire. Tu hésites à appeler tes vieilles amies, ça fait tellement de temps que tu ne leur as pas parlé. Pourtant vous vous entendiez très bien à l'époque. Tu n'as pas pris de nouvelles depuis la fois ou tu leur avais encore fait faux bond mais que tu leur promettais un diner chez toi d'ici peu. C'était il y a combien de temps ? Un mois ? Tu réfléchis, tu comptes sur tes doigts. Oh, quatre mois déjà. Mais elles te manquent tant, elles t'aideraient à remonter la pente. 




Tu appelles ta meilleure amie, tu lui demandes comment elle va. Elle te répond froidement, ne s'intéresse pas à toi. Tu es vexée, lui dis que ça ne va pas. Tu as besoin d'elle. Elle est cruelle, elle te dit calmement qu'elle n'a pas le temps. Tu ne comprends pas. Elle t'explique qu'elle aussi a été mal ces dernières années et que tu n'étais pas disponible. Tu lui dis pourtant que tu as toujours été là, pas loin, que tu pensais beaucoup à elle, mais que tu étais occupée dans ta relation, que les choses évoluent, que ce n'est pas parce-que l'on se voit moins que l'on ne s'aime plus. Les relations d'adultes sont ainsi, les amitiés de collégiennes fusionnelles ne peuvent pas exister éternellement. Elle te raccroche au nez. Tu es déçue. Qu'as tu fait de mal ? En te consacrant à ton couple aurais-tu fait un mauvais calcul ? Pour toi l'amitié a toujours été important, comme pour tout le monde, mais jusqu'à preuve du contraire, passé l'age de la faculté, ce n'est pas avec ses amis que l'on vit, ni avec eux que l'on fait des enfants. Les amis c'est bien, ça nous fait rire mais ce ne sont pas eux qui vont te faire évoluer, atteindre tes projets. Et elle, ta sois-disant meilleure amie, qui prétend avoir beaucoup de principes, agit-elle correctement en te laissant tomber comme une chaussette au moment où tu se sent le plus mal ? C'est vrai qu'elle aussi s'est fait larguer et a perdu son job. Tu en avais entendu parler. Mais si elle ne t'a pas donné de nouvelle, tu as suppoés qu'elle gérait bien la situation, qu'elle s'en sortait très bien. Que fallait-il faire ? Aller la voir avec des chocolats et un paquet de mouchoirs ? Tout de même ! Nous ne sommes pas dans une série américaine ! Tu es à présent en colère contre ton ancienne amie. Elle t'a trahi, t'a mis un coup de couteau dans le dos. N'aurait-elle pas pu t'écrire ou t'appeler pour prendre de tes nouvelles ? C'était à toi de tout faire ? Elle a en effet parfois tenté de te joindre, mais tu étais très occupée, tu décrochais peu ton téléphone et tu oubliais de répondre à ses sms, mais savoir qu'elle pensait à toi te faisait tout de même plaisir à l'époque où tu étais en couple... Non. A vrai dire, tu te fichais d'avoir de ses nouvelles. Tu te fichais qu'elle s'intéresse à toi. Tu étais bien trop occupée à être amoureuse et à t'idéaliser une jolie vie de couple. Tu te fichais de savoir comment elle allait. Parfois tu pensais à elle, tu te disais que tu devais l'appeler, tu culpabilisais un peu, puis, tu chassais cette idée du revers de la main. Elle encombrait à ton bonheur, elle ne te laissait pas assez de liberté. Tu n'as pas entretenu votre relation car tu n'en avais pas envie. Mais à présent que tu te sens mal, tu te rappelles à quel point elle t'a été fidèle, tu te rappelles que vous vous connaissez depuis des années, et que finalement, elle te connait surement aussi bien que ton ex. Tu te souviens qu'elle t'a fait rire, t'a soutenue, t'a contredit quand tu te trompais, et tu as à présent besoin de son point de vue afin d'avancer. Tu as besoin de ton amie, tu aimerais que les choses redeviennent comme avant. Tu as fait une erreur en la délaissant, car tu réalises tout ce qu'elle a pu faire pour toi. Tu te dis qu'elle t'a sincèrement aimé et respecté. Que l'amour que tu avais n'était peut être même pas aussi fort que votre amitié. Les amis durent alors que la vie de couple peut-être éphémère. Comment as-tu pu autant t'emballer quand tu es tombée amoureuse ? Tu te sens ridicule d'avoir tout plaqué pour cet imbécile. Tu te dis que finalement, de vrais amis sur qui compter peuvent tout à fait combler ton manque d'affection. Au moins, le temps de trouver un nouveau mec. 


vendredi 18 mars 2016

Fais pas ta pute, montre moi ta chatte

Pour la petite histoire, j'ai rédigé cette nouvelle après avoir demandé mercredi dernier à mes contacts facebook de m'envoyer une photo qui les inspirait. Je suis partie de l'une d'entre elles (l'image est plus bas) afin d'en arriver là:

Au chômage depuis trois mois, sa journée s'était organisée autour de son rendez-vous avec sa conseillère du Pole emploi. Elle y était allée pour lui expliquer que ses recherches étaient toujours au point mort et qu'elle ne trouvait rien dans son domaine. Elle avait pourtant un master en psychologie, mais même à Paris, elle n'avait rien de convenable, hormis quelques remplacements qui ne lui correspondaient guère. Elle essaya de prouver à son interlocutrice que sa motivation n'était pas à remettre en cause dans sa recherche. Elle tenta de lui faire comprendre qu'à 25 ans, devoir retourner dans sa chambre d'ado chez ses parents n'était pas un projet qu'elle avait envisagé quand elle avait entamé ses études. Elle entrepris de lui prouver qu'elle préférait sincèrement se lever pour quelque chose qui l'animait, plutôt que d'être fauchée et rester à glander devant la télé tous les jours. Mais sa conseillère n'écoutait rien, elle lui rappelait étrangement sa professeur de SVT au lycée : elle ne la croyait pas réellement intéressée et motivée par le sujet. Elle voulait la punir, ça se voyait dans ses expressions. Elle plissait légèrement les yeux et pinçait la bouche en l'écoutant parler. La conseillère lui reprocha de ne pas faire de formation, et lui rappela qu'elle pouvait tout de même faire l'effort de se trouver un petit boulot en attendant. Elle la revoyait tapoter sur son ordinateur. « Là, vous voyez, vous avez un poste d'agent de sécurité dans le 18ème. Vous ferez le filtrage, des rondes d'accès... C'est un CDD, mais renouvelable  
-Ce n'est pas ce que j'ai envie de faire, répondit-elle du tac au tac.
- Eh bien avec tant de mauvaise volonté, ne vous étonnez pas si l'on vous enlève vos aides au bout d'un moment. On ne fait pas toujours ce qu'on veut. »
Elle n'avait aucune envie d'argumenter. Elle n'avait aucune envie de lui dire que si elle avait fait cinq ans d'études dans une filière spécifique ce n'était pas pour faire agente de sécurité, ne serait-ce que l'espace de trois jours. Elle avait encore une dignité, elle ne la salirait pas pour de l'argent. Elle savait que son point de vue était méprisé, qu'elle se faisait passer pour une feignasse qui se laissait porter par la société, mais ce n'était pas de sa faute si cette prétendue société ne lui proposait rien qui lui correspondait. Elle n'avait aucune intention de se plier à ce chantage, et même si elle souffrait de vivre chez ses parents, même si elle se sentait vue comme une inadaptée, une marginale, comme un gros boulait qu'il fallait contrôler et dépanner, elle se refusait d'être agente de sécurité. Chacun son truc.

Il était 16h quand elle quitta le Pôle Emploi et qu'elle prit le métro, puis le RER pour rejoindre sa maison. C'étaient les heures de pointe, mais elle était trop frustrée par son rendez-vous pour se laisser déranger par la foule. Elle était debout, le regard posé sur ce jeune couple qui n'arrêtait pas de s'embrasser. Elle se sentait incomprise, et même si elle avait conscience de penser de manière ridicule, elle trouvait que rien ne tournait rond. Elle était une victime persécutée par le monde entier, personne ne l'aimait. Pas de boulot, pas d'appart, pas de mec. Comment peut-on être plus nulle ? Elle regarda son portable à plusieurs reprises, personne n'avait pris de ses nouvelles. Elle faisait défiler les images de son Facebook, qui la rongèrent encore plus. Ses amis postaient des images de leurs vies bien remplies : leurs voyages, leurs projets, leurs achats. Elle ne pouvait rien se permettre de tout ça, elle se sentait au point mort. Elle n'avait qu'une hâte, rentrer dans sa chambre et se cacher sous sa couette, même si il faisait beau et chaud. Sinon, elle pouvait se prendre une grosse cuite qui la clouerait au lit pour trois jours, ou, mieux, se faire un marathon des quatre saisons de Newport Beach jusqu'à la fin de la semaine. C'étaient ses deux remèdes doudou depuis presque dix ans, et vu qu'elle n'était qu'une chômeuse, qu'une pariât de la communauté, elle avait du temps à tuer.

C'est à ce moment là qu'elle remarqua qu'un homme, debout face à elle, la dévisageait avec insistance. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait, mais elle préféra détourner le regard. Elle trouvait toujours ces manières très intrusives, mais elle finit par le regarder furtivement. Il se lécha les lèvres de manière équivoque en la dévisageant. « Beurk »-se dit-elle en son fort intérieur « encore un pourri». Puis, elle tira sur sa jupe, pour cacher ses jambes, comme si elle avait quelque chose à se reprocher. Elle regardait par terre, fixait un point dans le vide, préférant l'ignorer.
« He ! Salut toi ! T'es mignonne tu sais ! » Le mec en question s'était mis à lui parler. Sa voix était assez forte, quelques personnes sursautèrent étonnées, puis, repartirent dans leurs pensées. Elle fit comme si elle ne comprenait pas qu'il s'adressait à elle, continua de fixer son point imaginaire.
« He ho ! C'est à toi que je cause ! Tu sais que t'es bonne dans ta petite jupe moulante ? »
Elle était terriblement mal à l'aise, elle farfouilla dans son sac, en quête de ses écouteurs, afin de ne plus l'entendre parler, mais elle ne les trouva pas. En désespoir de cause, elle repris son portable et fit défiler ses mails pour la énième fois en vingt minutes.
« Dis donc ! C'est pas par ce que t'es bonne que tu dois me bêcher la miss! Tu préfères pas que je t'amène à l’hôtel et que je te défonce par tous les trous ? » Autour d'elle les gens baissaient le regard, ils étaient aussi gênés qu'elle. Elle se sentait rougir, et ses mains devinrent particulièrement moites. Elle aurait souhaité que quelqu'un le fasse taire. Cet homme qui lisait son journal aurait pu se lever et prendre la parole, ou même ce groupe de jeunes qui riait fort il n'y avait même pas deux minutes, ou ce couple qui semblait subitement absorbé par une tache sur le strapontin. Mais personne ne dit rien.
Elle ne pouvait compter que sur elle pour riposter :
« Laissez moi tranquille »-Murmura t'elle.
«Sois pas farouche, je vais m'occuper de toi comme il faut, t'inquiètes ».
« Putain, je fais quoi ?- pensait-elle- Il me reste encore huit stations avant de sortir, c'est l'heure de pointe, si je retourne sur le quai, j'en aurais encore pour une heure trente avant de rentrer chez moi. D'un autre côté, il commence à vraiment me mettre mal à l'aise ».
Il fit un pas vers elle, il se faufilait entre les gens, il n'était plus qu'à une cinquantaine de centimètres d'elle. Elle s'agrippa à sa barre, elle sentait la nausée monter. « Ne t'angoisses pas, tu n'es pas seule, il ne pourra rien faire avec tout ce monde autour. C'est juste de la provocation, ne fais pas attention ». C'est alors que l'homme lui saisit la main avec force. Puis, d'un geste machinal, il lui fit faire des allés-retours suggestifs sur la barre de métro. Elle avait beau essayer de dégager sa main, il était physiquement plus fort qu'elle et la pression était beaucoup trop grande pour qu'elle puisse sortir de son emprise. Elle voulait crier, lui dire de cesser, mais elle n'arrivait pas à parler. Elle sentait sa gorge nouée par de gros sanglots prêts à sortir. Elle détourna le regard, les secondes devenaient interminables. Les gens atour étaient devenus invisibles, autant que la scène leur semblait inobservable. On aurait dit qu'il ne se passait rien d'anormal.
Le visage de l'homme n'était plus qu'à quelques centimètres du sien, quand il lui souffla tout en lui continuant de lui saisir la main « Allez, fais pas ta pute, montre moi ta chatte ! »
Elle essaya de nouveau de se dégager, elle voulait sortir à l'arrêt suivant mais elle était glacée, comme pétrifiée. Elle avait beau se démener, elle n'arrivait pas à reprendre suffisamment de forces dans ce combat silencieux. C'est à ce moment là, que tout en lui gardant la main plaquée à la barre, qu'il lui remonta la jupe, et inséra son autre main dans sa culotte. Le geste ne dura que quelques secondes, juste le temps d'explorer son anatomie. Pour elle, le temps s'arrêta. Sa vue se brouilla soudainement, et elle se senti envahie par la honte. Elle vit comme un objet, son intimité exposée à tout le monde. Elle suppliait les gens du regard. A sa gauche, une jeune femme assise fit semblant de dormir, et mis son pull sur les yeux, une vieille dame sembla soudainement absorbée par son dernier roman de Marc Lévy, et, elle remarqua un jeune costaud augmenter le son de ses écouteurs. Personne ne réagissait. La rame était silencieuse, paisible. Elle voyait les immeubles et les tags de la périphérie défiler à toute allure, elle voyait les dernières lueurs du soleil percer les nuages et se poser sur cette jeune femme au visage cachée sous son tricot. « Achevez-moi ».
Elle avait l'impression d'être sortie de son corps, que ce qui se passait n'était pas réel, qu'elle finirait par se réveiller.


Le métro s'arrêta à sa halte, l'homme sortit immédiatement la main de sa culotte, elle baissait les yeux, elle ne voulait pas qu'il voit qu'elle pleurait, elle ne voulait pas qu'il croit qu'il avait pris le dessus sur elle. Elle lui aurait bien craché à la gueule, mais il partit sans se retourner, en sifflant la marseillaise. Elle se retrouva en plein milieu de la rame de métro, sa jupe relevée, les jambes chancelantes, le cœur battant à la chamade. Personne n'osa croiser son regard, personne ne lui dit un mot, personne ne lui céda sa place. Elle finit son trajet debout, silencieuse, choquée, sa main toujours accrochée à sa barre qu'elle avait branlé une vingtaine de secondes. Finalement, peut-être que les gens n'avaient rien vu ? Tout avait été si rapide, peut-être qu'ils n'avaient pas remarqué qu'il lui avait pris la main avec force, et qu'il avait furtivement plongé la main dans sa culotte ? Non. Elle savait très bien que ce genre de geste n'était pas anodin, et qu'il se distinguait des autres. Elle savait très bien que tout le monde avait vu.

Elle rentra chez elle salie, honteuse, coupable, en colère. Elle se doucha plusieurs fois, se jura de ne plus jamais remettre de jupe, puis, regarda Newport Beach.

mercredi 9 mars 2016

La lettre d'amour

 Chère Ana,

Depuis que tu es partie, je ne suis que l'ombre de moi même. Tu n'imagines pas à quel point j'ai honte de t'écrire ces mots, et de ne jamais avoir réussi à te les dire en face. Mais je dois t'exprimer ma souffrance car ces dernières semaines, j'ai l'impression d'être dans la chanson de Sinead O'Connor, "Nothing compares to you" : plus rien n'a de sens, je me sens vide, je tourne en rond, je n'ai plus gout à rien. J'essaye de sortir, de voir des gens et de m'occuper, mais la vérité est que je m'en fous. Je me fous de tout. Je veux juste être avec toi. Tu me hantes. Tu me hantes tout le temps. Je n'arrive pas à dormir, et quand je réussis, à force de tourner en rond, je rêve de toi. Tout me ramène à toi. Dans tous les détails, toutes les situations, je me dis "qu'aurait répondu Ana, comment aurait-elle réagi?". Ton trait d'esprit me manque, ton humour me manque. Je suis vidé, soufflé. Vraiment, je n'ai plus de force pour avancer. On a beau me dire que le temps aidera, pour l'instant, les jours qui passent sont plus difficiles les uns que les autres, j’appréhende le lendemain, je suis triste et seul.Ta peau, tes yeux, ta voix, tout me manque. Je sens que mes doigts ont besoin de toucher ton dos, de caresser tes cheveux. J'ai envie de passer ma tête dans ton coup, et de renifler ton odeur. Tu me manques, putain! Je me sens stupide, de me rabaisser à ce point, je vais te sembler pitoyable. Reprends moi Ana!

Je sais, j'aurais du me rendre compte de la chance que j'avais, avant, j'en ai bien conscience. La chance de t'avoir à côté de moi, la chance de t'avoir connue et de savoir que tu m'avais choisi, je ne la réalise que maintenant.
Oui, oui, c'est vrai, tu m'avais prévenu, tu m'avais dit que tu en avais assez. J'aurais du t'écouter, j'aurais du faire des efforts pour te plaire plus, pour te séduire plus. C'est vrai que le temps est passé, et qu'à force, j'ai oublié de te flatter, j'ai oublié de te montrer que je t'aimais. C'est ma grande tante qui disait que l'amour était comme une fleur qu'il faut arroser tous les jours. Je ne l'ai pas fait, j'ai laissé la fleur faner. Mais tu ne peux pas me dire que tu as tout oublié. Tu ne peux tout de même pas me quitter comme ça? Je suis sur qu'au fond de toi tu m'aimes encore toi aussi. Ana, redonne nous une chance!

Souviens toi, quand on s'est rencontré, à quel point on était heureux. J'étais enfin comblé grâce à toi, tu m'as tout de suite plu: j'ai compris en te connaissant que tu serais l'élue. J'ai su que c'était toi, la pièce qui me manquait. Je croyais que notre complicité et notre amour étaient plus forts que tout. J'ai vraiment cru en toi, en moi, en nous deux... Et maintenant, je n'ai que mes souvenirs pour pleurer. Je n'ai jamais vu une fille aussi forte que toi. Tu es la première et la seule personne que j'ai connu avec autant d'esprit. J'ai tout de suite compris que tu étais quelqu'un de spécial, tu es différente, et je n'ai jamais aimé quelqu'un comme toi. Tu es d'ailleurs la seule personne que je n'ai jamais aimée, et tu es celle qui compte le plus, je tiens à ce que tu le sache. C'est vrai que j'ai fait des erreurs. Surtout une. De t'avoir tant aimé, d'avoir tant voulu te donner. Mais c'est par-ce-que tu es la prunelle de mes yeux. Tu importes plus que tout pour moi. Tu comprends ça? J'aimerais tellement te serrer fort dans mes bras, te faire ressentir toute ma passion... Personne ne t'aimera jamais comme je t'aime. C'est impossible.


C'est vrai, tu as eu raison de me faire des reproches. J'ai eu des faiblesses. Je suis un faible et un lâche. J'ai tendance à m'énerver facilement, et j'ai du mal à assumer mes erreurs. Mais quand je suis mécontent je ne veux pas te blesser. Je vais changer. J'apprends à changer. Grâce à toi, j'ai énormément évolué. Je suis beaucoup moins nerveux et impulsif. Je sais que j'exagère, quand tu veux rester avec moi alors que je suis avec mes amis. Je sais que tu n'aimes pas quand je parle à d'autres filles, par ce que ça te rend jalouse. Je devrais apprécier ces gestes d'attention. Je me suis souvent braqué, et tu as du croire que j'étais en colère contre toi. Mais, Ana, si tu reviens, je changerais. Tu sais très bien que dans le fond, je ne suis encore qu'un petit garçon désordonné. Je cherche encore mon équilibre, et tu es ma béquille. Sans toi, je tombe. Je suis prêt à tout pour que tu reviennes, que tu sois à nouveau mienne et pour que tu te fondes en moi, et moi en toi.
Oui, je suis allé trop loin, j'ai exagéré, des fois je n'ai pas toujours été l'homme parfait. C'est vrai que parfois je t'ai poussé à bout, mais tu m'as aussi cherché. Tu était toujours mécontente de moi, je ne me sentais pas à la hauteur. Pourtant, j'ai essayé d'être un bon gars, je veux être dans le vrai, et je donne. Je donne, je donne tant que je peux, mais je n'ai aucun retour. Tu sais que je t'aurais tout donné. Mais tu n'as rien voulu entendre. C'était épouvantable de rentrer à la maison, par ce que tu étais toujours là, prête à me faire un commentaire. Des fois, je voulais seulement me détendre, boire une bière et ne pas avoir ta pression incessante sur moi. Des fois, je cherchais à être tranquille chez moi, et ne pas avoir quelqu'un qui me demandait des comptes. Je ne suis plus fâché contre toi, je sais que tu es une femme capricieuse. Mais, je te jure, que si toi, tu ne me cherches plus, je ne m'énerverais plus. J'admets que la situation a pu déraper. Je n'aurais jamais du déchirer ta robe la dernière fois. Comprends bien: j'étais seulement en colère, et j'étais un peu jaloux par ce que tous les hommes se retournent sur toi à cause de ta façon de t'habiller, tu saisis? J'ai conscience aussi que je n'aurais pas du brûler la photo de tes amies. Tu sais ce que je pense d'elles, mais ce sont tes amies et pour ça, je les respecte. Je ne veux simplement pas les voir chez moi, ni en vrai ni en peinture. Mais après tu fais ce que tu veux, bien sur. Tu les vois quand tu veux, et tu traines avec qui tu veux, ce ne sont pas mes affaires. C'est juste que je te connais tellement bien, et quand je vois que tu te rabaisses à ces filles là... Je trouve que tu vaux tellement plus qu'elles!
J'ai honte, j'ai vraiment honte de t'avoir poussée sur la casserole d'eau bouillante. Je te jure que je ne l'ai pas fait exprès, je ne voulais pas qu'elle se renverse sur toi. Je n'ai jamais voulu te voir souffrir. J'étais énervé contre toi, et tu n'arrêtais pas de crier, du coup j'ai voulu te calmer, tu comprends. Je t'ai juste poussée pour que tu te calmes. J'avais oublié que l'eau bouillait derrière toi. Mais tu as vu, je m'en suis voulu. J'ai eu du chagrin quand tu as eu mal. Alors que c'était un accident. Pardon, pardon ma chérie. C'est la même chose pour les escaliers. Tu dis à tout le monde que je t'ai poussée mais tu sais que ce n'est pas vrai. Tu es partie en claquant la porte, fâchée contre moi. Je l'ai ouverte pour te courir après, et la porte t'a poussée. Je ne savais pas que tu étais derrière, et tu es tombée. J'ai vu que tu avais mal, et là encore, j'ai eu beaucoup de peine, mais, ce n'est pas de ma faute. Pourquoi t'aurais-je fait ça? S'il te plait, ma Ana, raisonne toi, tu sais bien que je ne souhaite que ton bonheur, je fais tout pour que tu sois heureuse, je ne t'aurais jamais fait souffrir. Par ailleurs, j'aimerais aussi que tu cesse de dire à qui veut l'entendre que je t'ai giflée, tu sais bien que je n'ai rien fait. C'est toi qui a commencé à me griffer, c'est toi qui as fait une crise de jalousie, encore, par ce que j'avais passé ma soirée avec mes copains la veille. Et je maintiens ma position: non, tu n'as pas besoin de savoir avec qui je reste, et qui je côtoies quand je sors. Tu ne me fais donc pas confiance ou quoi? Tu vois, c'est pour ça que je ne veux pas que tu viennes aux soirées avec moi ! Tu deviens complètement parano dès que je parle à quelqu'un et, tu écoute tout ce que les gens te disent. Par exemple, tu sais bien que mes ex te veulent du mal, pourquoi t'obstines-tu à leur parler ? Evidemment qu'elles te feront croire qu'elles m'ont vu avec d'autres filles... Mes ex veulent nous détruire, elles ne cherchent pas notre bonheur. Bref, ce soir là, je me suis juste défendu, par ce que tu devenais incontrôlable et hystérique. Tu m'avais fait super mal à m'enfoncer tes ongles dans la peau, tu sais que ça ne se fait pas, ça! Donc, d'accord, je t'ai mis une gifle, mais c'était pour me défendre, sinon, je ne sais pas ce que tu m'aurais fait. Et je ne t'ai pas mis plein de claques, comme tu t'amuse à le dire à tout le monde. Et ce n’était même pas la peine de prendre ton visage en photo pour essayer de montrer les dégâts, il n'y a rien. C'est pour ça que j'ai effacé les photos. Une joue est automatiquement rouge après une claque. En plus, toi, tu sais que tu marque très vite! N'essaye pas de me manipuler. Il en va de même pour la fois ou je t'ai craché dessus. C'est toi qui t'es mise à parler à mes copains, j'ai bien vu que c'était ambigu. J'ai bien senti qu'il se passait quelque chose, tu ne pouvais pas me faire ça à moi. Pas devant tout le monde. Je devais faire quoi pour me défendre ? Je n'allais pas me laisser faire, ce n'est pas mon genre. Et pourtant, tu vois, malgré tous tes défauts, je continue à t'aimer, je n'arrive pas à t'oublier, je t'ai dans la peau.
J'ai compris que tu me trouvais trop à fleur de peau, c'est pour ça que je te promets que je ne recommencerais pas. Je ferais encore plus d'efforts pour te ménager, par ce que quand tu n'es pas contente, quelle furie! Mais finalement, c'est bien comme ça que je t'aime ma Ana!

Pardon pour ma bêtise, ça ne se reproduira plus. J'espère que maintenant les choses sont mises au clair. Que tu comprends que j'étais en colère, et un peu naïf.

Reprends moi, Ana !

Julian


mardi 1 mars 2016

Ici c'est qui la boss?


 - Tu fais chier Robert, tu as encore passé ton après midi sur le canapé à rien foutre, y'en a marre. Je me tue toute la journée au boulot et toi tu restes, là à ne rien faire, devant tes match de foot débiles. Tu trouves ça normal, toi, d'encore regarder Les yeux dans les bleus en 2016 ? Hein ? Je me demande sur quelle planète tu vis, des fois. J'espère qu'au moins mes jupes sont repassées, sinon, je te préviens, ça va barder. Je suppose que encore une fois, t' as rien préparé à manger. C'est pas possible ça, c'est pas à moi de m'occuper de cette baraque, je ne peux pas tout gérer ! Regarde-moi ça... regarde comme tout est dégelasse. T'as jamais pensé à faire la vaisselle et à te servir de ton aspirateur ? Ca valait bien la peine que je t'en offre un, je me suis ruinée pour monsieur, mais ça non plus, ça ne va pas. Tout ce que tu es foutu de faire, c'est de poser ton gros cul devant la télé et regarder tes émissions débiles. Ah oui, c'est sur, pour passer des heures au téléphone avec Carlos à faire des pronostiques pour le prochain match, là y'a du monde. Mais tu crois que c'est ça la vraie vie ? Tu crois que c'est ça qu'il se passe dehors ? Non mais sérieusement, il faudra que tu te réveilles un jour... C'est moi qui rapporte le fric à la maison, si tu as un toit sur la tête c'est grâce à moi, donc tu devrais m'être un minimum reconnaissant, et j'ai le droit d'avoir des exigences de ta part. Toi, non seulement tu n'es pas capable d'entretenir la maison, ou de cuisiner, mais mon humiliation ne s'arrête pas là... Regarde toi ! Tu ne ressembles à rien ! Tu as déjà pensé à enfiler autre chose que tes joggings crasseux ? Les chemises tu connais ? A mon travail les hommes, les secrétaires sont tout le temps bien habillés, rasés, en forme, ils sont agréables à voir, ils montrent qu'ils font l'effort de nous plaire. J'ai de la peine pour toi, tes bourrelets coincés dans ton vieux lactose tout crasseux, on dirait une grosse truie, une vache. Ah, non, ne me regarde pas comme ça ! Tu as pris combien depuis qu'on se connait ? Vingt kilos ? C'est normal, ça ? Tu vas me dire que tu me respectes ? Fais du sport, vas soulever de la fonte, merde ! Chouchoute-toi un peu ! Fais ce qu'un homme est sensé faire, rends toi beau. Je vais te dire quelque chose, je vais être honnête avec toi : je ne te désire plus. Quand je te vois, je ne ressens plus rien. Tu ne m'inspire rien, pas même du dégout. C'est normal ça ?
Puis en société parfois, j'ai honte. Quand je te sors, dès que tu parles, tu mets tout le monde mal à l'aise. Tu le remarques ça ? Les regards qu'on me lance ? Tu crois que ça me fait plaisir de lire chez les autres « qu'est-ce-qu'elle fait avec ce pauvre type, elle vaut tellement mieux » ? Tu es tout le temps courbé, on dirait Quasimodo, on dirait que tu portes le poids du monde sur ton dos. Dès que tu parles tu bafouilles, tu n'arrives pas à finir un phrase... Tu me gènes, t'es un boulet. Je ne sais pas... Sois souriant au moins ! Contente toi de donner une jolie image de toi. Je me demande si tu es assez intelligent pour te rendre compte de tout ce que j'ai sacrifié pour toi. J'avais un avenir prometteur. J'aurais pu avoir n'importe quel homme, ils étaient tous en admiration devant moi, face à mon pouvoir, face à mon charisme, et c'est toi, oui, c'est toi que j'ai choisi, et quand je vois la loque que tu es devenu, incapable de faire autre chose que commenter des moteurs de voiture, ça me fait de la peine. Tu me fais pitié avec tes petits 4x4 de merde. Des fois, je me dis qu'une bonne torgnole pour remettre les choses en place ça ne te ferait pas de mal. Mais après tu vas encore chialer, m'emmerder à me dire que t'es un homme battu et toutes ces conneries, je n'ai pas envie de ça. Moi, ce que je veux, c'est quand je rentre avoir un foyer impeccable, la bouffe de faite, et toi qui m'attend, souriant. C'est trop demandé sérieusement ? Quoi qu'est-ce-que tu as à chialer encore ? Tu sais que si je te dis ça, c'est pour ton bien, pour que tu deviennes un homme meilleur et plus utile ! Allez, maintenant, vas enfourner le rôti que tu m'avais promis et ouvre moi une bière, mon chéri.




mardi 23 février 2016

C'était le projet d'une vie part III

Troisième et dernière partie de notre histoire.
Part 1: Ici
Part2:





(cette image s'appelle photo racoleuse)
 


Les autres jours à l’hôpital furent infernaux. Les visites étaient nombreuses et j'étais fatiguée, je n'avais quasiment pas de contact avec ce bébé, tout le monde le prenait dans les bras, tout le temps. D'un commun accord avec Eric, nous avions décidé de l'appeler Lucas. De toutes façons je m'en fichais. Le soir quand je me retrouvais avec lui toute seule, je le regardais, et je voyais qu'il me regardait. Son regard me mettait mal à l'aise. Je n'arrivais pas à le caresser, à l'embrasser. C'était plus fort que moi, je ne comprenais pas comment cet inconnu pouvait faire à ce point intrusion dans ma vie. Je me sentais indigne et coupable d'agir ainsi mais je me disais qu'il me faudrait peut-être une phase d'adaptation, j'avais besoin de temps pour accuser le coup. J'ai tout de même essayé une ou deux fois de le prendre dans les bras. Mais dès qu'il était auprès de moi, il pleurait. Comme s’il ne savait pas que c'était mon ventre qu'il avait scouaté durant neuf mois. C'étaient les seuls moments d'intimité que nous avions. Je me sentais de plus en plus loin et étrangère à lui, un mur infranchissable s'était imposé entre nous deux. Pour ne pas arranger la situation, mes collègues infirmières étaient régulièrement présentes, et comme les autres, elles étaient bien loin d'imaginer le chaos qui me tourmentait. Elles croyaient que j'étais comblée de bonheur, que j'avais enfin obtenu ce que je désirais tant. Elles me donnaient toutes des conseils pour le tenir, pour l'allaiter, mais rien n'y faisait. Malgré mon expérience avec les enfants d'autrui, avec celui que j'avais fait, je me sentais comme une réelle empotée. Je n'osais parler à personne de mon désarroi, car je me disais que je n'étais pas normale, que j'avais un problème. Je me disais qu'il fallait que je chasse ces idées noires, et que j'envisage les choses sous un angle plus positif. Tout le monde voguait sur un petit nuage avec la naissance de cet enfant, et je ne savais pas à qui je pourrais en parler. Je décidais donc de me taire. Pourtant, le jour où Eric est allé chercher la voiture pour nous ramener à la maison, je me suis retrouvée seule, avec le bébé dans son couffin, à attendre devant l’hôpital. Les infirmières m'avaient laissé ici, c'était la première fois que nous nous retrouvions tous les deux, sans surveillance ni filet de sécurité. J'étais terrifiée. Je voulais m'enfuir à pleines jambes. Et ce petit être que je ne connaissais pas se mit à pleurer, j'étais incapable de faire le moindre mouvement vers lui. Je ne le comprenais pas, j'étais paralysée. Quand Eric s'est garé devant avec sa voiture, je cherchais son appui son soutien. J'espérais qu'il me fasse comprendre que lui aussi était dépassé par les événements, que lui non plus, ne voulait pas que les choses se passent ainsi. Que finalement on pourrait peut-être rendre l'enfant ? Mais il a sorti le bébé du couffin qui s’est immédiatement calmé, m'a ouvert la portière, a remis le bébé dans le couffin. Nos regards se sont croisés. On a eu quelques secondes de silence, où j'espérais qu'il me dise qu'il n'y arriverait jamais, et qu'il comprenait que je n'en puisse plus. Il m'a souri et m'a dit « Je suis l'homme le plus heureux du monde, c'est le plus beau jour de ma vie. Pas toi ? »
C'était le pire jour de ma vie, et j'étais la femme la plus malheureuse du monde.





Les jours ont suivi, je n'arrivais pas à m'accommoder de la présence de ce petit être qui pleurait à chaque fois que je tentais une approche. Je ne l'allaitais pas, je ne supportais pas qu'il touche mes seins. Des seins que je ne supportais d'ailleurs plus. Ils étaient gros, recouverts de veines bleues hideuses. J'avais des tétons énormes, comme les pies d'une chèvre pleine de lait. Regarder mes seins me rappelait mon statut de mammifère, et ça me dégoutait. Mais, j'étais encore plus gênée par l'état de mon ventre. Je n'arrivais pas à perdre mes kilos en trop, moi qui avais toujours eu la taille fine, avais un énorme ventre mou, gras et difforme. Eric avait beau me dire que ça reviendrait, que de toutes façons, ce n'était pas important, j'avais donné la vie, j'avais fait le plus bel acte du monde, il n’empêchait que quand je me retrouvais face au miroir en sortant de la douche, je ne me reconnaissais pas. Je n'arrivais pas à m'approprier ces formes qui n'étaient pas à moi. Je me pinçais, je roulais les bourrelets, j’aplatissais, il n'y avait rien à faire, ils étaient bien là, et ne semblaient pas prêts à partir. Je me tartinais de crèmes contre mes vergetures, contre la cellulite de mes cuisses, je me massais, mais les semaines et les mois passaient, et mon corps continuait à ressembler à un corps de femme qui avait souffert, et qui n'arrivait pas à retrouver son état normal. J'essayais de faire du sport, mais avec ce bébé sur les bras, je n'avais pas de temps pour moi. Evidemment, je ne supportais pas qu’Éric me touche, j'avais l'impression qu'il ne caressait que des parcelles de graisse, et je voulais m'entortiller dans les draps pour qu'il ne me voit pas ainsi. Il avait beau être patient et rassurant, je n'arrivais pas à m'accepter, je ne me tolérais plus. Le fait est que je me détestais autant physiquement que psychologiquement. Comment était-ce possible ? Avais-je passé tant de temps à courir après cet enfant si désiré, pour finir par le rejeter ? J'aurais aimé partir, au moins aller travailler pour me changer les idées, mais, j'étais nuit et jour coincée avec Lucas, en congé maternité. J'essayais de faire des allusions à mon entourage mais les gens me disaient gentiment, pour me rassurer, que j'étais faite pour être mère, que des fois je pouvais faire quelques maladresses, mais que ça viendrait. Les mois passaient, la routine s'installait, Eric était, comme prévu, un père génial, très à l'écoute de l'enfant. Quant à moi, je continuais à être malheureuse, incapable de comprendre pourquoi. J'étais une vieille de trente et un an, encombré par un bébé qu'elle s'était fantasmée. Moi qui étais si douée avec les enfants des autres, celui-ci, je voulais le ramener au magasin, comme un jouet qu'on ne veut finalement plus. De plus, l'engouement autour de nous s'essoufflait, nous avions de moins en moins de visites et j'avais donc de moins en moins de gens à qui me raccrocher. Mes journées étaient réduites à une activité : regarder mon bébé pleurer. J'avais passé ma vie persuadée que la maternité me comblerait. Depuis toute petite j'avais grandi avec la conviction qu'avoir un enfant serait l'objectif de ma vie, celui qui me rendrait enfin complète et épanouie. Pas une seconde je n'avais imaginé que ce désir ne me correspondait pas. Je m'étais méprise, et quand j'envisageais l'avenir, je me voyais à la merci de ce gamin, qui m'en demanderait toujours plus, et dont je ne pourrais jamais me débarrasser. Paradoxalement, je n'éprouvais pas de haine envers Lucas. Le pauvre, il n'avait pas demandé à être là... Mais je me reprochais de m’être accrochée à ce désir toute ma vie, pour me sentir si mal face à cet enfant. Je réalisais qu'il serait le centre du reste de mon existence, et que j'abandonnais définitivement ma liberté. Jusqu'ici je n'avais jamais réalisé à quel point j'étais libre. Libre de rencontrer qui je voulais, libre de faire les études que je voulais, libre de voyager, de sortir, je n'étais responsable que d'une personne : c'était moi. Et je me rendais compte que je n'étais pas prête à faire tous les sacrifices nécessaires, que je n'avais pas fini d'être égoïste, que je voulais encore être ma priorité. Je ne pouvais plus laisser les angoisses m'envahir la nuit venue, je ne pouvais plus suffoquer, en imaginant que dorénavant, je me promènerais avec ce caillou dans la chaussure, que c'était irrémédiable.


J'avais envisagé de fuir pour le Mexique, recommencer une nouvelle vie sous une fausse identité, mais je n'étais ni assez folle, ni assez lâche. Je savais clairement que la vie que je m'étais élaborée, planifiée, organisée, ne me convenait pas, mais je ne pouvais pas m'esquiver, les remords me hanteraient. Je suis retournée voir mon psy, seule cette fois-ci. Il me parlait du baby blues, de dépression post accouchement, il disait que c'était bien plus commun qu'on ne le pensait, mais je savais que mon malheur allait au-delà de ses théories toutes faites, et ne se résumait pas à l'accouchement.
Quelles pouvaient être les solutions qui m'auraient permis de m'en sortir ? Il fallait que j'arrête de me mentir et de mentir aux autres, je devais accepter mon mal-être. Je dus prendre mon courage à deux mais, et dis alors à Eric que je ne pouvais pas vivre avec cet enfant, il fallait que je parte. Il croyait à une blague, il pensait que je bluffais, il était tellement dans sa bulle, qu'il n'avait rien perçu. Ou alors, s'était-il depuis le début voilé la face ? Il pensa d'abord que c'était une crise passagère, il croyait que je reviendrais. Je l'espérais aussi. Mais je savais que non. J'aimais Eric, j'aimais Lucas, mais je ne voulais pas vivre avec eux. Je n'étais pas capable de m'engager en tant que mère, je ne voulais pas me lever tous les matins avec eux, je me sentais prisonnière dans une vie qui ne me correspondait finalement pas. Nous avons fini par divorcer. Eric m'en a voulu, je n'ai pas pu le lui reprocher. J'étais là financièrement, je voyais Lucas de temps en temps, mais je gardais mon indépendance, je ne m'impliquais certainement pas suffisamment dans son éducation selon la bienséance, mais j'apprenais à enfin m'écouter. Le pire a été le jugement des autres. Au début tout le monde a pris ça pour une crise, un burn-out, ou je ne sais quoi... Personne n'a supposé que j'étais sérieuse et que j’essayais de retrouver ma place. De nos jours, une femme qui quitte son mari et son bébé, sans raison apparente, je n'étais pas battue, je n'étais pas amoureuse de quelqu'un d'autre, ne peut-être qu'une folle ou une vraie salope. Je me sentais coupable de mon choix, je m'en voulais d'abandonner mon fils et je me disais qu'à cause de moi il passerait des années en thérapie. Mais que devais-je faire ? Rester là et être malheureuse, finir par me tirer une balle dans la tête ? Faire une crise de folie et découper mon mari et mon fils avant de mettre ma tête dans un four, pour finir dans la page « faits divers » du journal local ? Mon choix a sans doute été vu comme égoïste, mais je n'étais pas heureuse, malgré la pression sociale, les remarques, les méchancetés de ma famille, de mes amis, de mes collègues, des inconnus, je n'ai jamais voulu retourner en arrière. Eric a souffert, mais il a fini par s'en remettre, et, il a, comme prévu été un excellent père avec Lucas.
Aujourd'hui, Lucas est un gentil et intelligent garçon de douze ans, il est équilibré et heureux. Je le vois tous les weekends et une semaine sur deux pendant les vacances. On peut me considérer comme une mère indigne, pourtant, je ne l'ai jamais autant aimé.


FIN.

vendredi 19 février 2016

C'était le projet d'une vie part II

Pour comprendre la seconde partie, il faut lire la première partie, qui est ici.



Mais alors pourquoi ? Pourquoi était-ce si compliqué ? Qu'avions nous fait de mal ? Le docteur nous expliqua qu'à ce niveau-là ce n'était plus de son ressort et que le problème était psychologique, qu'il devait y avoir un blocage quelque part. Je ne comprenais pas. Quoi comme blocage ? Insinuait-il que je faisais semblait de vouloir un enfant ? Que ce n'était pas mon souhait le plus cher ? Il m'expliqua qu'à force de penser à ça je faisais une obsession et une fixette. Il fallait que je prenne du recul et me relaxer. Alors, si je comprenais bien, si je n'arrivais pas à faire d'enfant à Eric, c'était à cause de moi. Parce qu'en souhaitant trop notre bonheur je l’anéantissais... ? Tout était de ma faute. Je n'avais jusqu'ici jamais autant pleuré de ma vie. Ma vie était un échec. J'avais vingt neufs ans, et toujours aucun enfant à l'horizon. Pourtant, dans mon entourage, ceux qui n'avaient à vingt-cinq ans aucune ambition, aucun projet d'enfant, commençaient à en avoir. Je voyais des gros ventres partout, toutes mes copines étaient enceintes, sauf moi. J'étais frustrée, malheureuse, mais je persévérerais, je n'abandonnerais pas, sinon ma vie n'aurait aucun sens.

Afin d'arranger la situation, et sous conseil de mon entourage, nous décidions d'aller voir un psy, Eric et moi. Le psy remarqua que notre couple désirait vraiment un enfant et constata mon anxiété. Il remarqua qu'en me mettant trop de pression, je m’empêchais d'accomplir mes objectifs essentiels. Il me suggéra quelques exercices de relaxation et de moins planifier, organiser nos ébats amoureux. Il me conseilla de prendre mon mal en patience, et de laisser faire le temps.
J'accomplis donc régulièrement ces séances de respiration et de yoga dès que je me sentais trop stressée ou angoissée. Mais, je ne pus me résoudre à arrêter d'arranger, cadrer, coordonner tout le reste.
Le temps était long, mais j'arrêtais de me plaindre et de me lamenter sur mon sort. Je commençais à accepter que oui, en effet, parfois on ne pouvait pas avoir la main mise sur absolument tout, et qu'il fallait laisser une place au hasard. C'était très dur. Mais après tout, j'étais en bonne santé, bien entourée, avec un métier qui me plaisait, le reste viendrait surement naturellement.
Je me disais que, quoi qu'il arrive, le jour où ça arriverait, quand je serais enceinte, de toutes façons, je le sentirais, par ce que je savais que j'avais un sixième sens. Alors, le jour où j'ai fait ma visite médicale du travail, je ne m'attendais pas à vivre une telle surprise. Comme la procédure le demandait, je devais uriner dans un flacon. Le docteur me demanda de patienter dans la salle d'attente afin d'analyser les premiers tests urinaires. Quand enfin il me fit rentrer dans son bureau il m'expliqua que tout semblait aux premiers abords de bien aller, mais que j'aurais pu le prévenir avant que j'étais enceinte. J'étais enceinte. Enceinte. Ces mots résonnaient dans ma tête. Il devait y avoir une erreur, je n'étais pas enceinte, je ne sentais rien.
Pourtant les résultats étaient évidents, et après une prise de sang, la réponse était claire, j'avais enfin quelque chose dans mon utérus. Le miracle s'était produit ! J'étais tellement heureuse ! J'attendis toute la journée qu’Éric rentre du travail pour lui annoncer la nouvelle : Nous allions avoir un bébé ! Nous allions enfin avoir notre Maria ! Il était ému aux larmes, et n'arrêtait pas de parler. « Il faut que nous préparions la chambre du bébé, il faut dès maintenant lui chercher une crèche ou l'inscrire, tu sais tout est très demandé, il faut aussi prévenir la famille et les amis ». Oui, oui, oui ! Il fallait tout préparer pour l'arrivée de la petite Maria.



Les neuf mois qui ont suivi m'ont pourtant bien fait déchanter, et mon euphorie s'est complètement évanouie. J'ai fait partie de ces femmes qui étaient terrassées par d'horribles nausées toute la journée. J'avais grossi comme une loutre par ce que je faisais de la rétention d'eau et à partir du 6ème mois, je ne pouvais plus m'asseoir dans la baignoire par ce que mes deux cuisses touchaient les côtés. Je ne pouvais plus aller travailler, d'une part les odeurs me faisaient vomir à tout bout de champ, d'autre part, j'avais de sérieuses difficultés à me mouvoir. Enfin, à cause des nuits atroces que je passais, je manquais cruellement de concentration et de sommeil. Après plusieurs bourdes au travail, j'ai donc été arrêtée au bout du quatrième mois. Je me disais au début que je pourrais profiter de ce temps libre pour peindre la chambre de Maria en rose, pour faire des balades en forêt, préparer des petits plats... Mais non. J'étais tellement fatiguée que je passais mes longues heures libres à me trainer entre le canapé et le lit, le lit et le canapé, tentant désespérément de trouver une position confortable. J'avais mal au dos, mon ventre me tirait constamment et j'avais d'atroces pulsions de sucré que personne ne pouvait assouvir par ce que j'étais toute seule coincée chez moi alors que tout le monde travaillait. Je m'ennuyais comme un rat, je regardais la télé mais à chaque fois je finissais par avoir envie de jeter la télécommande à travers l'écran tellement ça m'agaçait. J'attendais impatiemment qu’Éric rentre à la maison, qu'il me raconte toute sa journée, je voulais tout savoir en détail, pour avoir un contact avec l'extérieur et la réalité. Moi, je n'avais jamais rien à lui raconter. Maria bougeait peu, et quand j'essayais de lui parler, comme on voit dans les films, je me sentais mal à l'aise. J'avais du mal à me sentir connectée à ce bébé. Je n'en ressentais que les effets secondaires désagréables, mais malgré ma fatigue j'étais heureuse, par ce que je savais qu'après cette épreuve, j'aurais mon enfant entre les bras. Bien entendu, le jour venu, je n'ai pas voulu connaître le sexe de mon enfant, c'était inutile, je le savais déjà, je le sentais, ce serait une petite fille. Ce ne pourrait pas être autrement. S’il y avait bien une évidence dans toute cette histoire, c'était celle-là.

Le jour de l'accouchement devait être une délivrance après neuf mois fatigants, difficiles et ennuyeux. J'avais hâte que ma nouvelle vie commence enfin, et je voulais par ailleurs expulser ce bébé qui était resté bien trop longtemps au chaud. J'en avais marre de ressembler à une grosse truie bardée de vergetures, je voulais reprendre forme humaine. Malgré mes connaissances en la matière, l'accouchement fut long et laborieux, le docteur peu délicat, ne voyait pas l'utilité de me prévenir lorsqu’il prenait une décision concernant mon corps, et qu'il enfournait sa main entière dans mon vagin. C'était extrêmement désagréable. Je comprenais beaucoup mieux ces femmes qui en plus de la douleur devenaient violentes et insultantes car elles se sentaient violées dans leur intimité.
Enfin, bien plus tard, après des heures d'efforts de douleur, de sang et de transpiration, la délivrance vint. J'entendis les cris de mon bébé, et je n'en pouvais plus, je ne désirais qu'une seule chose : dormir. Je n'avais aucune force pour appréhender la chose, et même si l'excitation était forte, la fatigue prenait le dessus. Après l'avoir nettoyé, les infirmières vinrent le poser sur mon ventre disant cette phrase : « Félicitation, c'est un garçon ! Comment allez-vous appeler le petit bonhomme ? » Un garçon ? Il devait y avoir une erreur. Je levais la tête et vérifiais sur son corps. Il n'y avait pas de doute, Maria était un garçon. Je regardais l'infirmière, son stylo à la main, prête à remplir sa fiche. Je n'ai pas été capable de répondre, je me mis à éclater en gros sanglots. Eric, qui se tenait à côté de moi, lui dit que nous n'en avions pas encore parlé, que nous n'étions pas encore surs. Tout le monde prenait mes larmes pour des pleurs de joie et d'émotion, mais il n'en était rien. Je pleurais par ce que j'étais déçue. Eric prit le bébé dans ses bras et colla son tout petit visage face à moi histoire que je le regarde bien. La petite crevette faisait des grimaces de nouveau-né, et je me mis à l'observer plus attentivement. Eric avait les yeux brillants, ne pouvait s’empêcher de sourire, toucher le bébé. « J'ai un fils, j'ai un fils ! » s'exclama t'il. Je le regardais, je regardais ce bébé sans nom, blond aux yeux bleus, et je fondis en larmes de plus belle : « oui, et en plus il te ressemble ! ».

Ce n'est pas fini, la suite, mardi prochain!  


mardi 16 février 2016

C'était le projet d'une vie part I





Pour moi, les choses ont toujours été très claires. Depuis petite, je savais de quoi mon avenir serait fait, et comment il serait tracé. Particulièrement concernant ma vie affective. Il était évident que j'aurais mon premier enfant à 26 ans, une petite fille, Maria et, qu'ensuite j'en aurais un second à 28 ans, un garçon, Leo. Tout se passerait comme je l'avais programmé. Je voyais en la maternité quelque chose d'absolue, de simple, et l'éducation de mes enfants se ferait naturellement, sans entrave. Contrairement à beaucoup d'autres, je n'avais aucune peur. Non, je n'avais pas peur du danger qui pourrait getter nos enfants, je n'avais pas peur des maladies, je n'avais pas peur de l'adolescence, ni de leur avenir incertain, ou qu'ils sombrent dans les drogues, l'alcool ou la déchéance. J'abordais le fait d'être mère avec sérénité, car je savais pertinemment que j'étais faite pour. J'avais beaucoup de mal à comprendre ces femmes qui ne voulaient pas d'enfant, ou qui ne se sentaient pas prêtes. Une femme est biologiquement faite pour ça. Elle est faite pour avoir des enfants, donc c'est dans toutes ses fibres qu'elle doit se sentir mère. C'est ainsi que je percevais les choses.
A l’âge de vingt-trois ans je devenais infirmière en puériculture, et malgré la difficulté de la tâche, la proximité avec les mamans et les nouveaux nés, m'enrichissaient et m'apportaient toute l'énergie positive dont j'avais besoin pour accomplir mon petit dessein. A l’âge de vingt-quatre ans, je rencontrais l'homme qui, je le décidais, serait l'homme de ma vie et le père de mes enfants : Eric. C'est ainsi, je n'avais pas eu besoin de le chercher, il s'était imposé comme une évidence. Il correspondait à tous mes critères : gentil, attentionné, disponible, ambitieux, stable et capable de gérer les situations compliquées. Le fait d'avoir un premier enfant s'est vite imposé à nous, mais nous préférions attendre un peu et ne pas se précipiter. Eric me permettait de prendre mon mal en patience. Selon moi, il fallait attendre le temps de se connaître, d'emménager ensemble, de se marier, et nous pourrions avoir notre premier enfant. Nous arriverions donc à l’âge de 26 ans, comme je l'avais prévu. Nous avons donc acheté un appartement avec deux chambres, nous nous sommes mariés en grandes pompes à la mairie de mon village, et avons sérieusement planifié nos projets d'avenir. Tout le monde était impressionné autour de moi par la manière dont je gérais ma vie. J'étais maitresse de mon destin, et je tenais les rênes telles que je le souhaitais. J'avais d’ailleurs du mal à comprendre comment à mon âge certains pouvaient être aussi paumés, sans emploi, à sortir tous les deux jours. La vie, ce n'était pas ça. Il fallait être rigoureux et stratège pour atteindre ses objectifs. Une fois que l'on avait compris ça, le plus dur était fait, il suffisait de suivre la ligne que l'on se traçait, et de s'y tenir. C'était la seule façon d'y arriver.

Bien que comblée par notre vie à deux et par mon mari, quelques mois après notre mariage, je lui soumettais l'idée d'avoir un enfant. Il ne réagit pas comme je le souhaitais et me dit d'attendre un peu. Nous venions de nous marier, et il voulait profiter de notre couple avant qu'un enfant vienne tout chambouler. Attendre ? Mais combien de temps ? Je ne pouvais pas attendre ! Si nous nous marrions, c'était évident que le but était d'avoir des enfants, non ? Sans cesse je lui répétais que je voulais un petit bébé de lui, et à chaque fois, il me disait qu'il voulait attendre, qu'il n'était pas tout à fait prêt. Il se défilait ! Pourquoi m'avait-il épousé alors ? Pour passer nos soirées à se regarder dans le blanc des yeux ? Non, il m'en fallait plus. J'ai attendu, les mois passaient, j'arrivais au dernier trimestre de mes 26 ans, et j'essayais de me rassurer, en me disant que 26 ou 27 ans pour avoir un enfant ce n'était pas une grande différence, que mes objectifs n'étaient que peu chamboulés. Mais l'année de mes 27ans est arrivée, les mois ont avancé, et mon mari ne ressentait toujours pas mon envie qui se transformait en obsession. Je lui mis un ultimatum : soit on fait un enfant, soit je divorce. Je savais que c'était assez mesquin car il n'avait aucune envie de divorcer, et moi non plus, pas après tout ce que nous avions construit, mais je me disais que c'était la solution pour lui faire un électrochoc. Dans ma tête, quand je lui fis ce chantage affectif, je n'eus en aucun cas l'idée de le concrétiser. Divorcée à moins de 30ans, et puis quoi encore ? Le fait est que la menace eut l'effet escompté, et après quelques jours de réflexion, des jours qui furent longs, lourds, où la communication était compliquée, car mon mari se sentait pris en otage, mais, où moi je me sentais malheureuse, il finit par accepter que nous ayons notre premier petit bébé. Enfin, j'allais avoir ma petite Maria à serrer dans mes bras ! Je l'imaginais tellement bien ! Elle me ressemblerait. De grands yeux noisettes, des taches de rousseur sur sa petite frimousse et de longs cheveux frisés et bruns. Une petite moi que je pourrais habiller comme je le souhaite. Elle sera pleine d'entrain, de bonne humeur, toujours joyeuse mais très timide avec les inconnus. Une gamine affectueuse, qui aimera aller à l'école et aura plein de petits camarades à qui je ferais des pâtisseries le weekend. Je l'avais tellement imaginée durant toutes ces années, que je savais exactement à quoi elle ressemblerait.



J'avais arrêté de prendre la pilule le jour où Eric m'avait dit qu'il était d'accord. Je savais qu'il faudrait peut-être quelques mois avant de tomber enceinte mais dans certains cas, ça marchait très vite. Nous nous sommes attelés à la tâche avec beaucoup d'application. J'avais lu des livres sur les positions conseillées, les horaires idéales, et je connaissais ma date d'ovulation de chaque mois par cœur, sans avoir à y réfléchir. Le plan était infaillible, avec une telle énergie, quand j'allais avoir 28 ans, Maria serait dans mes bras. Nous avions déjà deux ans de retard sur le programme, il fallait faire vite.
Pourtant, au bout de six mois, il n'y avait toujours rien. Au début, malgré mon empressement, je me disais que c'était normal, j'avais pris des hormones pendant un moment, mon cycle devait se recadrer. Mais six mois, à ne penser qu'à ça, c'était long. Je commençais à m'inquiéter, à interroger mes collègues : faisais-je tout bien ? Fallait-il manger des aliments en particulier ? Faire plus ou moins de sport ? Je ne comprenais pas. J'échangeais avec certains docteurs qui me disaient qu'à mon âge, en étant en bonne santé, les choses iraient toutes seules. Les mois continuent pourtant à s'écouler, et il n'y avait toujours rien dans mon ventre. Comment était-ce possible ? Je devenais déprimée et colérique, je ne pensais qu'à ça, je ne comprenais pas pourquoi moi, je n'avais rien alors que des connasses tombaient enceintes comme elles baissaient leurs culottes pour aller aux toilettes. C'était injuste. Certaines avortent car elles n'en veulent pas et moi, qui en crevais d'envie, n'avais rien. Je ne pouvais plus accepter la situation, et décidais qu'il en était assez, j'emmenais Eric pour faire une batterie d'examens, peut-être que son sperme était pourri ou que mes ovaires ne marchaient pas. Nous sommes allés voir des experts en fertilité, qui nous ont pris en charge, qui ont tout analysé en détail et ont étudié chacune des éventualités possibles. Le jour du résultat je croyais que j'allais mourir d'angoisse. Je n'avais jamais pensé que je pourrais être stérile, ce n'était pas dans mes plans. Qu'allais-je pouvoir faire, moi qui voulais plus que tout sentir un enfant grandir dans mon ventre ? Mais les bilans étaient sans appel : ni Eric ni moi n'avions le moindre problème. Nous étions les deux parfaitement sains, et il n'y avait aucune incompatibilité possible. Tout fonctionnait à merveille là-dedans.

vendredi 12 février 2016

La Saint Valentin: une bonne occasion de te rappeler ta condition féminine


(Ah quand même! Enfin des conseils pertinents!)

Ca y est, la Saint Valentin arrive! C'est le jour le plus romantique de l'année, tu n'as pas intérêt à te planter. Fais-toi belle pour ton chéri, casse ta tirelire pour une robe, et fais toi offrir des fleurs ou un restaurant. Si tu n'as pas de mec, ce n'est pas bien grave ! Enfile ta plus belle tenue, arme-toi de ton plus beau sourire et vas arpenter les bars pour te trouver un mec qui daignera bien te ramener dans son pieu te comblera de bonheur.
Mais surtout, ne la ramène pas.
Tu te dois d'être une jolie poupée, un beau bibelot de décoration, un objet sexuel.
Tu dois apprendre à te rendre désirable aux yeux des autres, et tu sais bien que quand tu parles, ça n'intéresse personne. Fais un effort, prends toi en mains ! Prends du temps pour soigner chaque détail, car si quelque chose dépasse, on t'attendra au tournant, et tu ne l'auras pas volé. Les hommes te trouveront moche, et ce sera bien fait pour toi. Les femmes se moqueront de toi, au fond tu les rassureras par ton manque d'effort, par  ta laideur.
Bien sûr que c'est très grave de s'en foutre de son apparence. Tu es une femme, tu es faite pour t'intéresser aux chaussures, à ton ventre, à tes rides. C'est dans tes gènes, tout ça. Ca sert à quoi de prétendre avoir un doctorat si tu n'es pas foutue de te vernir les ongles correctement ? Si une fille intelligente était séduisante, ça ce saurait. Qui rêverait d'être un rat de bibliothèque, mal coiffé avec des vêtements déformés ? Personne, nous sommes d'accord. En toute sincérité, ton opinion, on s'en fout. On s'en fout que tu ne sois pas contente, on s'en fout que tu revendiques quelque chose, on s'en fout que tu ais des aspirations. Tu es femme, tu es objet de désir, donc profite ! Use de tes charmes pour arriver à tes fins avant de devenir une vieille peau ! Mets-toi un soutien gorge push up, fais toi refaire le nez, épile toi les jambes, et vas conquérir le monde sur tes hauts talons ! Mais oui, chérie ! Le monde est aux pieds de tes Louboutins ! Tant que tu fermes ta gueule bien entendu. Si tu veux plaire, contente toi de sourire. Acquiesce et souris. Ne t'intéresse pas à ce que disent les hommes. Tu risques tout d'abord de ne rien comprendre, puis, tu vas les déranger. Ne fais pas de vague, ne t'oppose pas. Laisse faire les autres. 



Bonjour, je suis une femme et j'aspire à constamment à des cadeaux liés à mon apparence.

Tu imagines ce qui pourrait arriver si les gens se rendaient compte que tu avais une capacité de réflexion ? Tu penses au désordre que ça provoquerait? Tu passerais tout d'abord pour une hystérique, une emmerdeuse... l'enfer ! Tu crois être capable de supporter ça, d'assumer ça ? Tu ne veux tout de même pas être considérée comme un homme ? Sois-lucide voyons ! L'homme, au quotidien est considéré comme un sujet à part entière, pas comme un objet, une potiche. Il doit faire face à des choses que tu es incapable de concevoir. Il se doit de décider, s'investir, partir, travailler, de diriger, de se mouvoir, il doit réfléchir. Sois raisonnable, tu ne peux pas faire ça. Tu es une femme. Tu es belle, ton corps est amour et sensualité, c'est tout. N'oublie pas, n'oublie jamais que tu es toujours, continuellement, un objet sexuel. C'est ainsi que tu es née, ça ne changera pas. 

(Ferme-la, pose pas de question, vas faire des petits gâteaux en forme de cœur)

Sinon ? Prends conscience que tu es appréciée comme objet sexuel, et exiges d'être considérée dans ton entité, ta capacité de réflexion incluse. Prête attention aux regards faussement bienveillants de certains hommes quand tu revendiqueras ta position, remarques comme tu es toujours infantilisée. Souviens toi des commentaires positifs, comme négatifs, qu'on se permet de faire sur ton physique, et demande toi si tu les aurais faits à un homme. Accepte d'avoir envie de séduire, ne t'en justifies pas. Jamais. Mais refuse d'être réduite à ça. Refuse d'être un bout de viande qu'une bande de chiens errants s'arracheraient. On peut avoir envie de séduire sans avoir envie d'être agressée, ou d'être une marionnette.
On peut accepter d'être objet sexuel dans sa vie privée, comme un homme peut faire ce choix, mais on doit revendiquer d'être un sujet à part entière avec un cerveau, des idées et des projets.